5 astuces pour bien rédiger les questions d’un questionnaire en ligne

Lors de la rédaction d’un questionnaire, certaines exigences doivent être prises en compte pour éviter les sources de confusion et les biais. On s’attachera alors à présenter des questions claires, à ne pas induire des réponses, ni à en collecter des factices. Cela permettra d’obtenir des données fiables et valides.

 

Bien rédiger les questions d'un questionnaire

 

Rédiger des questions compréhensibles

Lors de la rédaction des questions, il est nécessaire de faire en sorte qu'elles soient compréhensibles par tous. C’est pourquoi il est recommandé de ne pas utiliser des termes scientifiques. Les mots complexes ne sont pas souhaitables.  Il est aussi préférable d’utiliser le vocabulaire de la population interrogée. Il n’est cependant pas recommandé d’utiliser des termes familiers.

Si malgré l’utilisation de termes simples et compréhensibles par tous, il reste un risque d’incompréhension, il ne faut pas hésiter à ajouter une explication.

 

Créer un questionnaire en ligne

 

Proposer des réponses claires

Lorsqu’il s’agit d’une question fermée, il est recommandé par exemple, si l’on souhaite mesurer des fréquences ou des quantités, d’utiliser des expressions telles que « une fois par jour », « deux fois par jour »…

 

Eviter les réponses factices

Lorsque les répondants se prononcent sur une question alors qu’ils ne sont pas en mesure de le faire, on parle de réponse factice. La réponse n’est pas fiable car le participant a répondu par obligation. C’est pourquoi, lors de la mise en place d’un questionnaire en ligne, il est possible de rendre obligatoires ou non certaines questions. On pourra préciser que si le répondant n’est pas concerné il est possible de passer à la question suivante.

Si la réponse est obligatoire, il est recommandé de laisser la possibilité de choisir une solution échappatoire. On proposera alors une case à cocher « ne se prononce pas » ou « sans opinion ».

 

Guide créer un questionnaire en ligne

 

Lorsqu’une question nécessite d’avoir des connaissances sur un sujet pour pouvoir y répondre, cela peut provoquer un effet d’intimidation chez le répondant. Pour éviter qu’un individu n’ayant pas les connaissances apporte une réponse à une question, il est possible d’utiliser deux options :

- proposer une case à cocher « ne sais pas »

- utiliser le branchement conditionnel. On proposera des questions différentes en fonction des réponses précédemment apportées. Cela permet d’être transparent pour le répondant mais oriente les personnes vers les bonnes parties du questionnaire

 

Eviter d’induire les réponses

Lors de la rédaction des questions du questionnaire, il est recommandé de faire attention aux mots qui introduisent la question. Ils peuvent suggérer une réponse. C’est pourquoi on privilégie les expressions comme « Que pensez-vous » ou « selon votre point de vue »…

Il est préférable de ne pas utiliser trop de synonyme pour un même mot clé. Même si cela permet une lecture plus légère, les synonymes peuvent introduire des sous-entendus.

 

Bien organiser les modalités de réponse

Les répondants peuvent être influencés par l’ordre des réponses. Par exemple, les répondants peuvent se satisfaire de la première réponse et ne pas prendre en compte les suivantes. Il est aussi possible de rencontrer des individus qui préfèrent répondre aux derniers éléments de réponse. Afin d’éviter ce biais, il est préférable lors de l'élaboration d’afficher de manière aléatoire l’ordre des réponses.

 

Articles complémentaires :
Comment utiliser le branchement conditionnel dans un sondage en ligne
Structurer et tester son enquête en ligne
Les questions ouvertes, fermées et mixtes
L'enquête auto-administré via un logiciel de sondage en ligne

Sources :
Fenneteau, Hervé. Enquête : entretien et questionnaire. Dunod, 2015
Signly (de), François. L'enquête et ses méthodes : le questionnaire. Poche, 2012
Giannelloni, Jean-Luc et Vernette, Eric. Etudes de marché. Vuibert, 2012
Lévy, Julien et Lendrevie, Jacques. Mercator : Théories et nouvelles pratiques du marketing. Dunod, 2009

 

Répondre à cet article